AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

salty waves (alercy)

avatar
Aleccitizen
Messages : 27
Date d'inscription : 06/07/2018
Profil Académie Waverly
Dim 8 Juil - 18:51
salty wavesjuste le vent dans les cheveux et le sel sur la peaule ciel est d'un bleu immaculé quand t'sors de ta hutte en baillant, les cheveux ébouriffés. t'as encore les muscles endoloris de la course d'hier avec marcus et kana - mais après tout c'pour la bonne cause, t'as gagné. t'es pas le plus musclé mais t'as l'avantage de compter parmi les trois plus rapides de la cité, alors ça compense. t'salue les personnes présentes au camp et échange quelques mots avec eux - c'est que t'as veillé toute la nuit dernière - , puis tu traverses le milieu du vaste campement jusqu'à une hutte coincée entre deux autres. t'avances une tête hirsute dans l'ouverture qui sert d'entrée ; « perce ? » c'est qu'tu lui en donnes des surnoms à percy, tous plus farfelus les uns que les autres. c'est idiot - complètement crétin - mais étrangement ça apporte une touche de couleur et de vie au milieu de l'univers hostile qu'est nil.

la hutte est vide. fallait s'y attendre, vous avez pas veillé ensemble. il doit probablement être à la plage, ou ailleurs. t'ressors de l'endroit en sifflotant un air populaire à l'époque où t'étais encore de "l'autre côté", et t'intercepte kym qui passe par là. « kym ! ey, tu vas bien ? au passage, ton savon déchire vraiment, j'ai l'impression de sentir la fraise. sauf que ça n'est pas de la fraise, » t'ajoutes après réflexion, puis t'éclipses tes raisonnements pour le moment totalement inutiles. « bref ! je cherche notre poissonnier en chef, tu ne l'aurais pas vu par hasard ? » la jeune fille fronce les sourcils, puis son regard s'éclaire et elle t'indique la plage. tu lui décoches un sourire et la remercie chaudement, puis t'en vas vers la baie - non sans avoir redéposé ton poignard dans la réserve. ça ne va pas t'être utile aujourd'hui.

tu traverses la forêt en courant, les doigts refermés sur une grosse pierre. du au cas où - mais très rapidement le "au cas où" peut devenir une nécessité sur nil, t'l'as bien compris. au bout de quelques minutes, tu débouches sur la plage de sable doré, et aussitôt t'aperçois ton homme à quelques mètres. pour une fois la baie est déserte, la plupart des habitants de la cité sont en train d'aider à la construction de la nouvelle hutte suite aux nouvelles arrivées. tu t'approches de ton ami - qui n'a pas remarqué ta présence - et lui tapote sur l'épaule. « bouh » qu'tu lâches malicieusement, avant de lui laisser le temps de se relever. « désolé, j'ai un peu tardé, j'vais pas te cacher que le réveil a été rude. » sous tes pieds, le sable est brûlant, témoignage des grandes chaleurs des derniers jours. grandes chaleurs qui sont un présage de terribles événéments selon kylian - mais après tout si on l'écoutait, une coccinelle sur un bout de bois est un présage d'une mort douloureuse et imminente.

t'claques tes mains l'une contre l'autre, tes yeux bruns pétillent rien qu'à la pensée de ce que vous allez faire. il t'avais promis de t'apprendre, un jour, et au final votre choix s'est porté sur aujourd'hui. t'regarde les deux planches qu'il a disposé au sol - deux planches taillées par lui. toi t'en serais incapable, tu t'retrouverais avec un doigt en moins et un couteau planté dans le pieds si t'essayais. histoire vécue. « wow, ne me dis pas que je suis censé me mettre debout sur ça ? » comment peut-on tenir en équilibre sur ces trucs, avec des vagues en dessous ? même chasser un loup à mains nues t'parais plus réalisable.
©️ 2981 12289 0


they promised that all our dreams come true, but they forgot to mention that nightmares are dreams too ▵ ©️endlesslove.


~ biatch i'm a survivor
avatar
Percycitizen
Messages : 83
Date d'inscription : 06/07/2018
Profil Académie Waverly
Dim 8 Juil - 21:59

salty waves
Percy & Alec

« Notre responsabilité morale n’est pas d’endiguer l’avenir, mais de le forger. De mener notre destinée dans une direction plus humaine et d’apaiser le traumatisme de la transition. » Alvin Toffler
Ca faisait depuis l'aube que j'étais là, sur le bord de la plage à observer l'océan. Je m'étais levé tôt ce jour là, alors que le soleil n'était encore même pas levé, pour profiter de poser mes filets le plus rapidement possible et ainsi récolter autant de poissons qui tomberaient dans le piège tout au long de la journée. C'est donc avec mes filets sur l'épaule, une lance à la main, que je m'étais élancé sur un sentier sinueux à travers la forêt. Nous étions obligé de l'emprunter pour nous rendre à la plage. Ce qui représentait un danger constant, même si nous étions proches de la Cité. Nil avait le don de nous tendre des pièges pour que nous tombions dedans... Tout comme les poissons que je m'en allais pêcher. Au-delà des lions, pumas et j'en passe, c'était bien elle le super prédateur. C'était l'île toute entière qui se trouvait au bout de la chaîne alimentaire.

J'atteignis la plage sans encombre. C'était rare de croiser du danger sur ce chemin, mais je restais toujours aux aguets. Je ne voulais pas me retrouver en danger pour une simple faute d'inattention. Depuis l'orée du bois, j'observai un instant l'étendue de sable. J'analysais l'endroit, à la recherche du moindre danger. Crocodile, serpents, aileron de requin à l'horizon... J'avais déjà croisé de tout par ici. Ce matin, rien à signaler. Alors je traversai la plage, laissant le sable chaud caresser la peau de mes pieds nus. Je déposai la lance et partis étendre mes filets. Une fois fait, je m'assis et attendis. Quand le temps se faisait trop long, je prenais mon arme et partais chasser quelques poissons qui s'approchaient trop près du rivage.
Et aussi, après quelques heures, je retournai à l'orée de la forêt. Dans un fourré j'y avais dissimulé deux grandes planches de bois ainsi qu'une pierre, celle qui m'avait servi à les tailler. Surfer sur les vagues me manquait beaucoup trop. Parfois, je cédais à la tentation et me faisait une planche manuellement. Ca demandait du temps, de la technique, mais il fallait être patient avec la pêche. De ce fait, je tuais le temps à créer des planches. Qui ne valaient jamais celles que j'utilisais en Californie, mais soit. C'était mieux que rien. Et en plus, j'attendais ce soir un ami à qui je devais apprendre ce sport. Ca promettait de bonnes rigolades. Choses rares sur l'île...

Je ne fus pas réellement surpris quand mon ami tenta de me faire une frayeur. En vivant ici, nous nous étions habitués à bien pire. J'étais en train de parfaire les planches quand il était venu me retrouver. Je souris à sa remarque et me relevai habilement. Je le saluai d'une tape affective sur l'épaule. Hey Faster ! La nuit fut longue ? Si je pouvais le dire, nous étions collègues en quelques sortes. Quand nous avions assez de poissons pour tenir quelques jours, je ne supportais pas de rester à rien faire. Alors autant aider la Cité dans sa protection. Et visiblement, Alec venait de passer sa nuit à surveiller que tout aille pour le mieux au campement. Mais il ne démordait pas de sa motivation et malgré le regard effrayé qu'il jeta aux planches, je le sentais plutôt chaud. Regarde-les pas comme ça ! Elles ne t'ont rien fait ! Et puis, tu sais combien de temps j'y ai passé ? fis-je sur un air faussement indigné. Mais ne sois pas trop optimiste, on va déjà essayer de te faire tenir à genoux sur la planche avant de tenir debout. terminai-je un sourire aux lèvres. Le surf, c'était tout un art de technique et d'équilibre. Il fallait prendre soin d'attendre les bonnes vagues au bon moment. Pagayer pour rester sur le flow, puis enfin sauter et se laisser glisser, apprécier, tout simplement.
(c) DΛNDELION


down here,
weakness is death

fear is death.
ANAPHORE
avatar
Aleccitizen
Messages : 27
Date d'inscription : 06/07/2018
Profil Académie Waverly
Mar 10 Juil - 17:21
salty wavesjuste le vent dans les cheveux et le sel sur la peaula nuit a été longue, plus que longue même. pourtant t'es habitué, ça fait des années que t'veilles, poignard et torche à la main, inlassablement. ça fait des années qu'la nuit te fais plus peur, des années que le silence épais te fais plus frémir, des années que lorsque le soleil se couche, t'sors et commence ton tour de garde. qu'est ce qu'ils disaient, déjà, dans game of thrones ? ah, oui. and now my watch begins. t'aurais jamais imaginé reproduire ça en vrai - après tout c'était irréalisable, pas vrai ? yey, eh bien maintenant c'est plus que réalisable - et si tu t'endors pendant ton tour de garde, c'est face à la mort qu'tu t'réveilleras.

« hmmm, mais le plus difficile ç'à été de différencier les bruits de liam et hailee de ceux d'un prédateur, » t'lâches, malicieux, sans te soucier de balancer tes camarades. la tendance à s'embrasser furieusement de liam et hailee est connue de tous, de toutes façons. et puis percy n'était pas étranger à la chose ; étant donné qu'il t'aidait parfois, lorsqu'il n'avait rien à faire, il avait lui aussi été initié aux bruits parfois étranges de la "hutte de l'amour". mais - même si vous vous moquiez - c'était rassurant en un sens, de voir que la vie continuait même avec la menace constante au dessus d'vos têtes. quoique - n'est-il pas encore plus dur de vivre sur cette malédiction vivante avec quelqu'un de cher à nos côtés ? c'une question qui reste sans réponse. mais aujourd'hui t'as pas envie d'y répondre - aujourd'hui, maintenant, c'est du bon temps qu'vous allez passer.

t'lèves les mains devant toi avec une tête innocente - c'est qu'les planches de percy sont comme ses enfants, hors de questions de les insulter si on tient à la vie. « pardon si je les ai froissées, ce n'était nullement mon intention ! » t'en prends une précautionneusement, sachant très bien que si tu la cassait, t'serais juste incapable de la réparer. avant de te diriger vers l'océan, t'hausses plusieurs fois les sourcils, sourire malin au visage - « je suis un incorrigible optimiste, t'devrais l'savoir depuis le temps ! »

bon, la vérité c'est que tu ne t'es jamais tenu sur un seul de ces machins - jamais de ta vie, toi ton truc c'est les ballons et les choses comme ça. bien sûr t'as déjà été dans la mer, et t'adores cette sensation d'se laisser emporter par les flots, ce sentiment d'être en contact avec un être vivant à part entière. mais ô grand jamais, l'idée de prendre un bout de bois et de se mettre dessus ne t'as traversé l'esprit.

l'eau tiède te lèche le bout des pieds alors qu'tu t'arrêtes à la frontière entre l'or et le saphir, observant la mousse blanche laissée par les vaguelettes. coincée entre ton bras et ton corps, la planche pèse soudainement un peu plus lourd. tu t'tournes vers percy, alors qu'l'océan joueur éclabousse déjà tes jambes et ton torse. « bon, le champion des caraïbes, tu me montres ? » et comme pour appuyer tes propos, une vague plus forte que les autres vient frapper vos mollets. t'sens l'impatiente et l'excitation t'envahir, - ça va être fun.

©️ 2981 12289 0


they promised that all our dreams come true, but they forgot to mention that nightmares are dreams too ▵ ©️endlesslove.


~ biatch i'm a survivor
avatar
Percycitizen
Messages : 83
Date d'inscription : 06/07/2018
Profil Académie Waverly
Lun 16 Juil - 22:20

salty waves
Percy & Alec

« Notre responsabilité morale n’est pas d’endiguer l’avenir, mais de le forger. De mener notre destinée dans une direction plus humaine et d’apaiser le traumatisme de la transition. » Alvin Toffler
La petite boutade d'Alec me fit éclater d'un rire bon enfant. Décidément, ceux-là ne connaissaient pas la discrétion. Comment pouvaient-ils passer toutes les nuits à se chauffer ? Parfois je me demandais vraiment où ils avaient la tête. L'amour pouvait rendre fou, c'était certain, mais sur Nil c'était une toute autre histoire. On ne devait jamais baisser sa garde, jamais car au moindre détournement d'attention Nil était prête à nous faire un coup-bas. Heureusement que Alec, lui, était à son affaire et savait protéger la Cité de manière assidue. Cependant, je me contentais de me dire que ces deux-là étaient des êtres majeurs et avertis des dangers de l'île. Ils savaient ce qu'ils encouraient en s'entichant d'un autre, notamment la douleur de la perte... Les couples ne finissaient pas heureux avec beaucoup d'enfants ici. Mais bon, Alec et moi nous contentions de rigoler de cela. Après tout, ça nous faisait croire en la vie, l'avenir. Ca nous rappelait que tout n'était pas perdu.
-Ces deux là n'en loupent pas une !

Mon ami semblait impatient. Et après s'être excusé envers les pauvres planches dûment taillées de mes mains, il en choisit une certainement au hasard et s'élança vers l'océan. Je n'avais pas eu le temps de le rattraper que déjà ses pieds trempaient dans l'eau tiède. Nil avait tout de l'île paradisiaque dont on rêvait tous durant d'agréables vacances d'été. Le climat agréable, l'océan chaud, le soleil quasi-omniprésent... On se croirait sous le ciel des Caraïbes, de l'île Maurice ou encore de la Réunion. Je n'étais pas réellement dépaysé de ma Californie de naissance, bien que celle-ci me manquait durement. Ma famille, ma soeur, mes amis... Et tout simplement la civilisation, le bonheur de pouvoir dormir sur ses deux oreilles sans avoir peur de se faire croquer par un ours au milieu de la nuit. Heureusement pour moi, le surf était là pour me rappeler un brin de ma vie d'avant.
-Allons-y, lançai-je en attrapant la planche et en fonçant dans l'eau claire. D'abord, il nous faut passer l'endroit où les vagues se cassent. Heureusement pour Alec, cette petite crique était un endroit tranquille parfait pour apprendre à surfer. Les vagues étaient petites, parfaites pour se familiariser à ce sport aquatique. De petits poissons colorés nageaient autour de mes jambes et venaient parfois me chatouiller les pieds. On se croirait aux abords de la Grande Barrière de Corail tant les variétés d'animaux marins sous diversifiés ici. Cependant, je ne m'attardai pas sur les petits compagnons et poursuivis ma route, l'eau engloutissant peu à peu mes mollets, genoux, cuisses et bassin jusqu'arriver au milieu du torse. Nous avions dépassé sans grand problème l'endroit où les vagues se formaient. Je pivotai alors, afin de me retrouver en face de la plage. Tout est question de timing. Déjà, mets-toi à plat ventre sur la planche. Je m'approchai d'Alec pour l'aider à tenir sa board le temps qu'il y grimpe. Maintenant, il faut attendre la bonne vague. Quand tu la vois arriver, tu pagayes avec tes mains pour te donner assez d'élan afin de rester dessus. Puis tu te laisses glisser et tu kiffes.



(c) DΛNDELION


down here,
weakness is death

fear is death.
ANAPHORE
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly